Recruter un médecin

Recruter un médecin

Recruter un médecin

De nombreux cabinets de médecins généralistes à travers la France souffrent d’un déficit de main-d’œuvre, et tous, à un moment ou à un autre de leurs activités, se battent pour attirer et retenir les médecins généralistes. Cette pénurie de médecins concerne principalement les régions et les zones rurales, mais peut aussi parfois s’appliquer aux zones métropolitaines.

Le contraste entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi dans le secteur de la santé est devenu si important que même le gouvernement français tente d’inciter les médecins étrangers à venir en France.

Les cabinets médicaux ont également recours à un certain nombre de mesures d’incitation pour les médecins (subventions à la relocalisation, subventions au logement, frais de formation payés, etc.) et leur offrent une variété de modalités de travail flexibles (horaires flexibles, arrangements de suppléance à court terme, contrats à durée indéterminée, etc.)

Si ces avantages peuvent rendre le personnel un peu plus heureux, elles ne sont souvent pas viables financièrement pour les cabinets.

Pour concilier les attentes des cabinets et des demandeurs d’emploi et faciliter vos décisions de recrutement, nous vous proposons quelques conseils :

 

Calculez toujours les chiffres avant de recruter un médecin

Recruter un médecins généraliste de remplacement

Asseyez-vous avec votre comptable et voyez s’il est possible pour votre cabinet de recruter des médecins suppléants à un taux horaire fixe et de leur offrir d’autres avantages (comme un véhicule, un logement et un voyage).

Vous êtes peut-être prêt à tout pour combler une période sans médecin généraliste dans votre cabinet et ainsi conserver votre base de patients, mais que faire si les coûts liés à l’embauche d’un suppléant dépassent les avantages ?

Vous devez également tenir compte des coûts de recrutement, qui s’ajoutent au salaire des médecins suppléants et à tous les frais supplémentaires (voyage, location de véhicule, hébergement).

Vos recruteurs vous informeront normalement des frais de recrutement à l’avance et par écrit, et vous serez tenu de signer des accords juridiquement contraignants avec le médecin et l’agence de recrutement, avant l’embauche.

Il est considéré comme une mauvaise étiquette commerciale d’engager un suppléant et de se plaindre ensuite de coûts imprévus. En discutant avec de nombreux cabinets, nous avons appris que certains d’entre eux considèrent que le fait d’atteindre le seuil de rentabilité à la fin d’une mission de suppléance est un succès et non un échec. Cependant, si vous vous retrouvez à sec, vous ne pouvez pas reprocher à qui que ce soit d’avoir omis d’estimer les coûts impliqués et de faire des projections. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les médecins suppléants travaillent pour moins que le taux convenu, et la même règle s’applique aux frais de recrutement.

N’oubliez pas non plus les répercussions juridiques et financières d’un retard de paiement ou du non-paiement de vos obligations envers les médecins et les recruteurs. Un retard de paiement peut entraîner des frais d’intérêts, et le non-paiement peut entraîner un jugement contre votre entreprise.

En fin de compte, tout le monde a à cœur son intérêt financier, tout comme vous, et s’attend à être rémunéré pour son travail.

 

Recruter un médecins généraliste permanent

Discutez avec votre comptable pour savoir s’il est viable pour votre cabinet de recruter un généraliste et de lui offrir des avantages financiers ou un logement. Ajoutez aux coûts les frais de recrutement et essayez de déterminer la durée de l’engagement dont vous aurez besoin de la part d’un généraliste pour pouvoir récupérer l’argent que vous avez investi dans son recrutement.

Essayez de négocier avec le médecin pour qu’il s’engage aussi longtemps que nécessaire pour que vous puissiez atteindre le seuil de rentabilité. De plus en plus de cabinets insèrent maintenant des clauses dans leurs contrats de service qui rendent les médecins responsables d’une partie des coûts de recrutement, s’ils partent avant la fin de leur contrat.

Ce que vous ne pouvez absolument pas faire, c’est d’engager un médecin dans le cadre d’un contrat et d’en modifier les conditions par la suite, sans que les deux parties n’aient consenti à ces changements.

 

Comprendre la complexité du processus de recrutement pour un médecin

Ces dernières années, le processus d’embauche est devenu de plus en plus compliqué. Il y a des procédures de conformité qui doivent être suivies, les médecins ne doivent pas seulement être qualifiés, expérimentés, avoir de bonnes capacités de communication et être sympathiques – ils doivent également maîtriser différents types de logiciels médicaux pour la gestion des patients, fournir un certain nombre de certifications, être membres de toutes les organisations professionnelles pertinentes, être inscrits à des programmes pertinents, avoir des polices d’assurance médicale à jour et leur enregistrement auprès du Conseil médical doit montrer qu’ils sont en règle.

Avec l’essor des médias numériques, de la télésanté et des dossiers médicaux électroniques, une autre dimension s’ajoute au processus d’embauche et à la gestion des ressources humaines, dont il faut tenir compte.

Dans le cas des médecins formés à l’étranger, la paperasse est souvent si importante et le processus si décousu qu’il doit être géré par plusieurs agences gouvernementales différentes (immigration, corps médical, programmes de formation, etc.) ainsi que par des cabinets de consultants et des agences de recrutement privés.

Trouver un expert à guichet unique capable de fournir des conseils solides sur les étapes de la procédure (et les coûts qu’elle implique !) est un gain de temps et d’argent. Si vous pouvez trouver une agence expérimentée comme Prorecrute, qui peut à la fois vous conseiller et s’occuper de toute la paperasse, inutile de vous dire que cela vous épargnera bien des maux de tête !

 

Étapes pour recruter le bon médecin pour votre cabinet

Que vous recherchiez vos propres candidats ou que vous fassiez appel à une agence de recrutement, le processus de sélection comprend généralement les étapes suivantes :

  • La présélection des candidats en examinant leur CV et leurs références
  • La vérification des antécédents du médecin en question
  • La réalisation d’entretiens téléphoniques avec les candidats présélectionnés
  • La réalisation d’entretiens en face à face avec les candidats présélectionnés.
  • Prise de décision et offre d’emploi

Cependant, pour trouver une adéquation parfaite entre le poste et le lieu de travail, vous devez vous mettre à la place du candidat.

Pour la majorité des demandeurs d’emploi généralistes, le nombre est une valeur sûre. Ils préfèrent généralement les grands groupes aux cabinets individuels ou aux petits cabinets ; sinon, ils veulent que les petits cabinets soient bien établis et que la base de patients les attende dès le départ.

Ils sont attirés par les salaires généreux et les avantages qui sont souvent proposés par les grands groupes médicaux, et ils souhaitent également avoir moins de responsabilités et de risques dans les cabinets plus petits ou nouvellement établis.

Les seules fois où un petit cabinet aura un avantage sur un grand, c’est lorsqu’il est situé dans une zone rurale, et les médecins généralistes qui n’ont pas encore obtenu leur bourse et qui sont concernés par le moratoire doivent aller travailler en zone rurale.

Les médecins à un stade avancé de leur carrière voudront de moins en moins d’engagements à long terme, sauf s’ils travaillent dans leur propre cabinet, et opteront souvent exclusivement pour le travail de suppléance, qui leur laisse la liberté de cesser leur activité à court terme, voire sans préavis.

En résumé : Les jeunes médecins et les médecins plus âgés ne considèrent pas leur carrière comme l’essentiel de leur existence ; comme tout le monde, ils veulent aussi avoir du temps à consacrer à leur famille et à leurs amis, ainsi qu’à leurs loisirs.

Dans cette optique, nous avons dressé une liste des facteurs qui influencent normalement les décisions des médecins en matière d’offres d’emploi :

 

Les facteurs géographiques

  • La situation familiale et la préférence pour un environnement urbain ou rural.
  • Considérations culturelles (proximité de la communauté ethnique concernée, institutions religieuses, etc.)
  • Sécurité dans la zone de travail choisie (taux de criminalité).
  • Disponibilité de locations ou de biens immobiliers à acheter dans la région.
  • Aménités de la région (écoles, institutions culturelles et historiques, installations sportives/récréatives, attractions touristiques, etc.)

Facteurs professionnels

  • Opportunités académiques ou de recherche
  • Préférence pour devenir partenaire/propriétaire du cabinet.
  • Préférence pour un petit groupe ou un grand groupe.

Facteurs économiques

  • Coût de la vie et du logement (locations et biens immobiliers dans la région)
  • Revenu actuel et revenu futur
  • Perspectives d’emploi à long terme.

Prise de décision pour recruter le médecin idéal

La chose la plus importante, avant de passer des entretiens et de faire des offres d’emploi, est de revoir ce que vous recherchez chez un nouveau généraliste. Lorsque vous et votre/vos associé(s) décidez que l’embauche d’un médecin généraliste supplémentaire serait financièrement viable, vous avez probablement parlé des compétences que vous souhaiteriez que cette personne apporte au cabinet. Vérifiez si ses intérêts particuliers correspondent aux demandes de vos patients.

Jetez un regard critique sur chaque CV, recherchez les inexactitudes, les mots mal orthographiés ou les fautes de frappe dans le CV. S’il n’a pas pris soin de préparer son CV, vous pouvez vous demander s’il prend des notes de ses consultations avec les patients.

Notez si le comportement du candidat au téléphone correspond à ce que vous aimeriez que vos patients et vos collègues entendent lorsqu’ils appellent votre cabinet.

Quelles sont les exigences du candidat pour le poste ? Ses attentes correspondent-elles à ce que vous avez en tête ? Le candidat est-il flexible ?

Une fois les informations recueillies lors des entretiens téléphoniques, invitez les candidats à des entretiens en face à face. Vous voudrez peut-être écarter les candidats qui ont exprimé trop d’exigences lors de la première conversation ; cela pourrait signifier qu’ils sont difficiles à satisfaire et peu flexibles. Vos premières impressions sont importantes. Après tout, votre personnel et les patients fonderont également leur opinion sur leur première impression.

Organisez les entretiens dans un cadre confortable, sans être interrompu par le personnel et les patients, et prévoyez suffisamment de temps pour une conversation. Veillez à aborder les aspects les plus importants du poste : horaires de travail, taux de rémunération, congés, préavis, potentiel de revenus, type de médecine pratiquée dans votre clinique. Établissez mentalement un profil de personnalité du candidat en évaluant son apparence, ses capacités de communication, ses objectifs de carrière, son ambition et ses motivations, son goût du risque ou son aversion pour le risque, son aptitude à diriger ou à suivre, son sens civique et son implication dans la communauté en tant que bénévole.

 

Finaliser la négociation du contrat et recruter un médecin

Une fois que vous aurez vérifié que les objectifs du médecin et du cabinet correspondent, vous voudrez lui faire une offre d’emploi. Il y a quelques points à garder à l’esprit :

  1. La négociation du contrat prend généralement du temps et des modifications peuvent être apportées par l’une ou l’autre des parties. Sachez où vous pouvez faire des compromis et céder, et où vous ne devez pas le faire.
  2. Il est toujours préférable de faire appel à un conseiller juridique pour rédiger un contrat, mais tout contrat doit essentiellement désigner les parties au contrat, indiquer les heures de travail par semaine, préciser la rémunération du service fourni, prévoir un délai de préavis et la durée du contrat.
  3. Une offre et une acceptation verbales ne sont pas juridiquement contraignantes – jusqu’à ce que le ou les contrats soient signés ; aucune des parties ne sera tenue pour responsable en cas de retrait.
  4. Assurez-vous d’avoir des copies signées du contrat (par tous les partis !) pour vos archives.
    Une fois que les contrats ont été modifiés à la satisfaction de tous et que les deux parties les ont signés, vous pouvez vous détendre et commencer à préparer le chapitre suivant : la logistique de l’entrée en fonction du nouveau médecin dans le cabinet.
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.